L’occupation en chiffres

028x
027x
028x (1)
027x (1)
026x
025x
024x
024x (1)
018x
023x
017x (1)
021x
020x (2)
023x (1)
019x (1)
018x (1)
022x
014x
022x (1)
020x (1)
016x
017x
015x

“Je reviens au passé de Kalbadjar encore une fois. Il possédait à un passé prospère. En même temps j’espère qu’il aurait une bonne future. Les interventions était différents mais à la fin de toutes les interventions il y avait une seul final : qu’il faut rendre les territoires occupés et en même temps Kalbadjar doivent être libéré par la voie de la paix. Pendant l’intervention nos frères et nos sœurs on dit : si ce n’est pas possible par la voie de paix on utilisera toutes les voie pour la libération des territoires. Personne ne doit avoir le doute de cela, nous n’allons pas donner nos territoires aux ennemies ! Aucun monument ! ”

Grand Leader Haydar Aliyev

L’Albanie de Caucase était toujours au centre. En Caucase il existe plusieurs lieux d’habitation préhistoriques comme Kalbadjar. Chaque personne apprécie différemment cette beauté. Exemple V. Abikh est apprécié comme le père de géologie de Caucase. La note qu’il a donnée au Kalbadjar est le plus originelle et le plus exceptionnelle. Il a dit : « le personne qui n’a pas observé la rivière Tartar il ne peut pas être étonné à la beauté de Suisse »..

Le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh
 

L’étape actuelle du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a commencé à la fin de 1987 par les attaques contre les Azerbaïdjanais à Khankendi (Stepanakert à l’époque soviétique) et en Arménie, qui ont entrainé l’expulsion de la population azerbaïdjanaise de leur terre ancestrale. Lors d’une réunion du Conseil des Députés du peuple de la Province autonome du Haut-Karabagh, le 20 février 1988, les représentants de la communauté arménienne de la province ont décidé de s’adresser aux conseils suprêmes de la RSS d’Azerbaïdjan et de la RSS d’Arménie pour la séparation de la PAHK de la RSS d’Azerbaïdjan et son annexion à la RSS d’Arménie. Les Arméniens ont ouvert le feu sur les manifestants pacifiques azerbaïdjanais qui protestaient contre la loi susmentionnée, le 22 février 1988, non loin du bourg d’Asgaran, situé sur la route Khankendi-Aghdam. En conséquence, deux jeunes tués sont devenus les premières victimes du conflit. Vingt-six Arméniens et Azerbaïdjanais ont été tués suite aux perturbations de Soumgaït, les 26-28 février 1988. Il convient de noter que l’une des activistes de ces événements était Eduard Grigorian, habitant de Soumgaït d’origine arménienne, qui avait participé directement à des meurtres des Arméniens et aux agressions contre eux, ainsi qu’à des massacres perpétrés dans les régions peuplées d’Arméniens. Selon la décision de la chambre criminelle de la Cour suprême de la RSS d'Azerbaïdjan en date du 22 décembre 1989, E.Grigorian a été condamné à 12 ans de prison. Le tribunal a jugé Grigorian comme l’un des organisateurs des émeutes et des pogroms. Les témoignages des victimes de ces événements montrent que Grigorian avait la liste des appartements où vivaient les Arméniens et lui, avec trois autres Arméniens, appelait les gens à la vengeance contre les Arméniens. En fait, les événements de Soumgaït, qui étaient nécessaires pour les dirigeants arméniens de justifier le lancement d’une vaste campagne anti-Azerbaïdjan et les agressions contre l’Azerbaïdjan, avaient été planifiés et préparées à l’avance.

Au cours des années 1988-1989, les Azerbaïdjanais ont été forcés de quitter l’Arménie. Au moins 216 Azerbaïdjanais ont été tués et 1154 blessés pendant les déportations massifs. Les réfugiés d’Arménie – environ 200 mille personnes – ont été contraints d’immigrer en Azerbaïdjan. Le Conseil suprême de la RSS d’Azerbaïdjan a adopté le 23 septembre 1989 la Loi constitutionnel de la RSS d’Azerbaïdjan «Sur la souveraineté de la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan». L’article 5 de cette loi stipule que «La souveraineté de la RSS d’Azerbaïdjan s’applique à l’ensemble du territoire de la république, y compris la RSSA du Nakhitchevan et la Province autonome du Haut-Karabagh, qui sont parties intégrantes de l’Azerbaïdjan» et «Les frontières de la RSS d’Azerbaïdjan avec d’autres républiques alliées ne peuvent être modifiées que par un accord mutuel des républiques». Le Conseil suprême de la RSS d’Arménie a adopté le 14 décembre 1989 une décision sur la réunification de la RSS d’Arménie et du Haut-Karabagh.

La Province autonome du Haut-Karabagh d’Azerbaïdjan

La superficie – 4400 km²
La population (1989) – 189 085 habitants
Les Arméniens - 145 450 (76,9%)
Les Azerbaïdjanais - 40 688 (21,5%)
Les Russes - 1922 (1%)
Les autres - 1025 (0,6%)

La date de l’occupation du Haut-Karabagh et des régions avoisinantes

Le Haut-Karabagh – 1988-1992 (y compris Choucha – 8 mai 1992)
Latchine – 18 mai 1992
Kelbedjer – 2 avril 1993
Aghdam – 23 juillet 1993
Fuzouli – 23 août 1993
Goubadly – 31 août 1993
Zenguilan – 29 octobre 1993

Les victimes du côté azerbaïdjanais de l’agression

Morts – 20000 personnes
Handicapés - 50000 personnes

Selon le Groupe de travail sur l’évaluation des pertes et des dommages dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan auprès du Conseil des Ministres d’Azerbaïdjan, le coût total des dommaages infligés à l’Azerbaïdjan suite au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan concernant le Haut-Karabagh est estimé à plus de 800 milliards de dollars.

Le vandalisme arménien

Des monuments historiques, des mosquées, des cimetières détruits, des villes et des villages en ruines... On peut voir à chaque pas les traces de vandalisme dans les territoires azerbaïdjanais occupés par les forces armées arméniennes.

Ces photos ont été prises dans différents endroits des territoires occupés de l’Azerbaïdjan – au Haut-Karabagh, dans le village de Karki de la région de Sadarak, dans le village de Mammadbayli de la région de Zanguilan, dans les régions de Latchine et Kalbadjar, dans les campagnes de Khalafli et Goumlag de la région de Djabraïl etc. Elles reflètent l’état actuel de la forteresse et de la musquée de Choucha, de la mosquée de Govhar Agha, des cimetières azerbaïdjanais, y compris celui d’Aghdédé non loin de la ville d’Erevan, ainsi que les images anciennes et actuelles de la Maison du thé et du Monument de Pierre à Aghdam.

Voici, tel est le caractère sauvage des Arméniens qui se présentent au monde comme humbles.

En photos: la forteresse d’Asgaran , la mosquée de Choucha , la mosquée de Govhar Agha , des cimetières azerbaïdjanais , le village de Karki de la région de Sadarak, le village de Mammadbeyli de la région de Zanguilan , la région de Latchine , la région de Kalbadjar , la campagne de Khalafli de la région de Djabraïl ), la campagne de Goumlag de la région de Djabraïl , le cimetière d’Aghdédé (non loin de la ville d’Erevan) , la Maison du thé d’Aghdam, le Monument de Pierre 

Khodjavend 02.10.1992

Khodjaly 26.02.1992

Choucha 08.05.1992

Latchine 18.05.1992

Kelbedjer 02.04.1993

Aghdam 23.07.1993

Djabraïl 23.08.1993

Fuzouli 23.08.1993

Goubadly 31.08.1993

Zenguilan 29.10.1993

 Tous droits réservés. İl faut se référer pour l’utilisation.                                              www.kalbajar.com                                     ©  2016 - 2018